Livre | Gouverner la vie privée L’encadrement inégalitaire des séparations conjugales en France et au Québec

L’Association Canadienne Droit et Société a décerné le prix W. Wesley Pue 2023 à Émilie Biland-Curinier, professeure des universités au Centre de sociologie des organisations (CSO) et membre du programme d’études sur le genre de Sciences Po, pour son dernier livre.

Le Prix W. Wesley Pue est décerné chaque année pour le meilleur livre portant sur le droit et la société publié l’année précédente en anglais ou en français, mettant en lumière des travaux nouveaux dans le domaine du droit et de la société au Canada ou par des auteurs canadiens.

© www.sciencespo.fr

Pour les pouvoirs publics comme pour la population, le rôle de l’Etat dans la vie privée pose problème : les individus ont davantage de droits que par le passé, mais certains de leurs comportements, jugés problématiques pour la société, justifient un interventionnisme renouvelé. De surcroît, la volonté de réduire les dépenses publiques permet aux acteurs privés d’y jouer un rôle croissant. Par ses ambiguïtés même, cette action publique participe aux recompositions des rapports sociaux, entre les classes sociales, entre les genres, ainsi qu’entre la population majoritaire et les personnes racisées. Cette dynamique inégalitaire est particulièrement sensible dans la régulation des séparations conjugales, que cet ouvrage analyse à partir de plusieurs enquêtes empiriques, menées collectivement, sur la longue durée et de manière comparative. En France comme au Québec, l’accès aux procédures, les interactions avec les professionnel. les et l’encadrement des modes de vie sont les trois dimensions constitutives de ce gouvernement de la vie privée. Cependant, chacun des contextes n’articule pas de la même manière inégalités de classe et inégalités de genre. Des deux côtés de l’Atlantique, ce livre intéressera chercheur. es et étudiant. es en sciences sociales et en droit, tout autant que les professionnel. es, les militant. es et les personnes qui vivent des ruptures d’union.

Cet ouvrage traite d’une question perpétuellement présente sur l’agenda politique et social, celle des séparations conjugales et de leur régulation par le droit. Il montre que la tension constitutive de ce gouvernement de la vie privée contribue à l’agencement contemporain des rapports sociaux de classe, de genre et de race

Emilie Biland est professeure des universités en sociologie à Sciences Po (Paris) et professeure associée à l’Université Laval (Québec). Elle est membre du Centre de sociologie des organisations et de l’Institut universitaire de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://www.instagram.com/une._nouvelle._vie/