Témoignage | La maison des Maternelles | Belle-mère avant d’être mère : pas toujours facile !

Trouver sa place en tant que belle-maman.

À 25 ans, Alexandra rencontre Elie, papa de Hugo, 2 ans et demi. Elle rencontre le fils d’Elie au bout d’un mois de relation, et très vite le petit garçon fait partie de sa vie. Elle le voit un weekend sur deux et la moitié des vacances scolaires. Une responsabilité pas toujours facile à gérer :

« C’est toute une vision de votre vie qui change. J’avais aussi du mal à me dire que mes projets étaient chamboulés. J’ai toujours rêvé de faire le tour du monde ou de l’Asie en sac à dos avec mon amoureux : avec un homme qui a déjà un enfant c’est compromis. »

Lors de leurs premières vacances tous les trois, pas facile, Alexandra a du mal à trouver sa place, Hugo la rejette :

« Hugo étant très fusionnel avec son papa il voulait dormir avec nous dans le lit, il ne supportait pas nos moments à deux. Il ne verbalisait pas encore mais il me coupait beaucoup la parole, me poussait…En fait, il était très jaloux. »

Une position parfois source de solitude.
Trouver sa place auprès d’un enfant qui n’est pas le sien, savoir jusqu’où on peut s’impliquer dans son éducation, ne pas empiéter sur la relation père fils… autant de questions qu’Alexandra s’est longtemps posées :

« J’étais moi aussi jalouse, je me disais on a aussi le droit d’avoir notre histoire de couple. On sent une solitude : par exemple lors d’une après-midi plage, il m’est arrivé de me sentir un peu seule à côté de ce duo qui jouait toute l’après-midi ensemble. Jusqu’à très longtemps je me suis dit que c’était compliqué de trouver sa place. »

Dans ce contexte de famille recomposée, le soutien du conjoint est primordial. À lui de trouver la juste mesure entre ses enfants et sa compagne pour que personne ne se sente exclu. Mais ce n’est pas non plus un rôle facile à tenir :

« Elie essayait de m’aider il disait à son fils : il est temps que tu te couches, on a besoin de parler avec Alex, c’est notre temps à nous. Après il fallait que je le verbalise car il ne le faisait pas spontanément. Elie réagissait plutôt bien mais il trouvait que c’était difficile pour lui de ne pas se sentir écartelé entre les deux. »

Devenir mère après avoir été belle-mère
Au bout de 4 ans de relation, Alexandra et Elie décident d’agrandir la famille, malgré leurs craintes de rompre l’équilibre trouvé :

« Bien sûr que j’élèverai les enfants de la même manière, qu’ils auront droit aux mêmes choses et que les règles de la maison seront les mêmes pour les deux. Mais mon enfant reste mon enfant, la chair de ma chair et que l’amour est un peu différent. »

Pour que Hugo ne sente pas exclu, Alexandra l’a beaucoup impliqué pendant la grossesse grâce à des lectures, des dessins réalisés par le petit garçon pour décorer la chambre de sa future petite sœur. Et lorsqu’il a rencontré sa petite sœur, Hugo a été très ému :

« Il a tout de suite été très protecteur envers sa petite sœur et s’est très vite investi. Quand on la lui prenait pour aller la changer il nous disait : « Laissez-la moi, déjà que je la vois pas beaucoup » ! »

Un an après il reste toujours un équilibre à trouver entre les semaines à trois et les semaines à quatre mais l’harmonie est là et Alexandra se dégage aussi du temps pour passer des moments en duo avec Hugo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *