Articles

[ Les Fêtes de fin d’année, entre joies et peines ]

Tous les ans, depuis ma séparation, je dépose quelques mots, pour ces fêtes de fin d’année que tant de parents séparés attendent et redoutent à la fois. 

Cette période est le moment de l’année où « l’esprit de famille » est le plus représenté.

Que ce soit dans les publicités, sur les photos,  les traditionnels téléfilms de Noël…  les médias en général, ont tendance à nous vendre un schéma familial idéalisé, là où le temps semble s’arrêter où règne amour, joie et bonheur.

Pourtant, ce temps des fêtes rappelle aux parents séparés ou en garde alternée, qu’ils ne sont plus une famille traditionnelle et c’est sûrement, avec les grandes vacances, le moment de l’année où la séparation est la plus difficile. Cette période vient leur rappeler leur échec (expérience), de ne pas avoir réussi à créer une famille unie et épanouie. 

Le vide est plus grand quand les paquets restent emballés sous le sapin un 25 décembre, parce que les surprises qu’ils cachent devront attendre encore quelques jours pour être découvertes. 

Pas de réveil trop matinal, pas de cris, pas de « merci Père Noël ! », pas de cadeaux pour le parent non plus, ou peut-être celui qu’il s’est lui-même offert pour laisser la magie de Noël opérer et que ses enfants ne soient pas surpris que le Monsieur à la barbe blanche ait pu oublier le cadeau de son papa ou de sa maman. 

Ce jour-là, dans certains foyers, il y aura juste le silence, l’absence, le manque et peut-être quelques pleurs.

Certaines familles recomposées devront aussi s’adapter pour que tout le monde puisse être réuni au même moment.

Je dis souvent et je continue à encourager à ne pas s’attarder aux dates mais aux moments partagés. 

Noël chez les parents en garde alternée tombe parfois un 20 ou un 28 décembre. 

On a notre propre calendrier. Celui qui n’appartient qu’à nous. 

Les enfants s’ajustent toujours plus facilement et ils tirent avantage d’avoir « double » Noël donc « double » cadeaux ! 

Et il ne tient qu’à nous de réinventer Noël, d’y ajouter notre particularité, pour que nos enfants gardent en mémoire ces petites différences comme une vraie chance !

Il y a des familles séparées qui tenteront d’être équitables et qui trouveront leur équilibre pour que ces fêtes soient le plus juste possible, en appliquant un roulement différent chaque année ou même en octroyant à l’autre parent quelques heures à une date importante, pour profiter aussi de ces instants particuliers. Si cette entente permet aux parents de vivre au mieux ces temps singuliers, il est surtout le cadeau le plus précieux qu’ils puissent offrir à leurs enfants.

Puis il y aura ceux qui devront se contenter du jugement du divorce avec des règles qui ne leur seront pas autorisées à déroger ou plutôt que l’un des parents ne souhaitera pas assouplir, par rancoeur, par choix, parce qu’il se convainc que ce qui est écrit noir sur blanc, lui est dû.

Sans évoquer le virus du siècle, qui pourrait s’immiscer et ajouter une nouvelle peine.

Les fêtes de fin d’année, et Noël particulièrement, ne seront pas synonymes de joies, d’amour et de bienveillance chez tous ici, je le sais. 

Même si avec l’expérience des années passées, vous aurez su apprivoiser ce nouveau rythme, il est assuré que si ce 25 décembre 2021, est un jour sans vos enfants, je m’associerai à votre pincement de coeur, à votre mélancolie, à vos regrets, à votre tristesse et toutes ces émotions qui vont vous traverser parce que les étoiles dans les yeux, uniques à cette journée, vous seront volées. 

Je vous souhaite, quand viendra votre tour, d’apprécier chaque heure, chaque minute, chaque seconde, peu importe le moment, juste l’instant doit compter.

Ces plaisirs d’enfants, leur excitation sont contagieux aux adultes. 

C’est eux qui font la magie de cette fête. 

N’oubliez pas, puisque l’on ne peut pas ajouter des jours à notre vie, ajoutons de la vie à nos jours !

Je vous envoie beaucoup de douceur pour cette fin d’année.

Le meilleur est à venir, toujours ♥

C‘est la belle nuit de Noël
La neige étend son manteau blanc
Et les yeux levés vers le ciel
À genoux, les petits enfants
Avant de fermer les paupières
Font une dernière prière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.